"La 10e édition, c'est un sacré challenge!"

Depuis le début de l'année, René Tabord est le nouveau président du comité d'organisation du Festival celtique de Corbeyier. A 33 ans, ce Vuargnéran pure souche a accepté de relever un sacré défi à une année de la 10e édition qui se déroulera les 27 et 28 juin 2014. Rencontre.

- Comment es-tu arrivé dans l'équipe du festival?
- A l'époque du premier festival, en 1997, j'étais membre de la Jeunesse de Corbeyrier. J'étais monté en simple festivalier et j'ai fini derrière le bar, pour filer un coup de main. Pour la deuxième édition, on m'a demandé de faire partie du staff. Et ensuite j'ai fait quatre éditions comme chef de bar et trois autres au comité comme responsable des bars et boisson.

- Et depuis cette année, tu es président. Comment est-ce arrivé?
- De ma propre initiative. J'ai appris que Dom (ndlr, Dominique Pfister) cherchait quelqu'un pour le remplacer. J'avais l'avantage d'être intéressé sans que personne le sache. J'ai pu voir Dom en tête à tête, je voulais d'abord savoir à quoi m'attendre. Et après mûre réflexion, j'ai dit oui.

- Et comment as-tu vécu le passage de témoin?
- J'ai d'abord vu le comité et Dom quelques fois. Puis, en solo, le rythme a drôlement changé. Avant, j'étais relativement tranquille durant les deux ans entre chaque festival; maintenant, je passe des coups de fil toutes les semaines. Mais je reste quelqu'un qui laisse les gens travailler et qui intervient quand il faut. Je sais tout l'amour que vouent les gens a ce festival et à ce village.

- Et la 10e édition à venir, ça te fait peur?
- C'est plutôt une grande motivation. C'est vrai aussi que je ressens un peu de pression. Mais c'est un sacré challenge!

- T'es un amateur de musique celtique à la base?
- Je l'ai découverte à 17 ans, lors de la première édition du festival. Je suis tombé amoureux de cette musique, mais aussi de cette culture et des pays qui vont avec: l'Irlande, l'Ecosse, la Bretagne.

- Et la bière, forcément. 
- Je suis vigneron de métier et un grand amoureux de vin, surtout d'Yvorne et du Chablais mais j'ai découvert les spécialités de bière et le whisky écossais et il y as effectivement de très bonne chose.  

- Tu as d'autres passions?
- Les pompiers, je suis officier au sein du Service de Défense Incendie et Secours du Chablais. Et le modélisme ferroviaire.

- Le Festival de Corbeyrier, en quelques mots, c'est quoi pour toi?
- Un petit festival, avec une ambiance unique et magique. Petit, ce n'est pas forcément une qualité aux yeux de tout le monde, mais pour moi oui. J'adore la chaleur humaine qui se dégage de notre festival, les ambiances particulières, sans jamais une bagarre. Et l'autre point fort, c'est le site, le village celtique que nous organisons, la proximité de la foret.

- Ta principale mission pour ces prochaines années?
- Assurer la continuité du festival. Pour l'heure, j'ai surtout la 10e édition en ligne de mire et on y est presque. Deux ans, ça semble beaucoup pour le préparer, mais ça passe au contraire très vite!

Propos recueillis par Karim Di Matteo