2010

Compte rendu du 8ème festival celtique de Corbeyrier
Danse avec le Loup, les 18 et 19 juin 2010

Pour la deuxième fois en 8 éditions, Taranis, dieu celte du ciel, du tonner et de la foudre, s’est montré virulent avec le Festival Danse avec le Loup vendredi et samedi. Le rendez-vous, organisé tous les deux ans à Corbeyrier et 100% bénévole, a enregistré une affluence d’environ 2700 personnes cette année (contre 3500 en 2008).

Le président du comité d’organisation Dominique Pfister s’est néanmoins réjoui de cette affluence : « C’était inespéré compte tenu de conditions météo des plus difficiles, surtout le samedi. Je pense que c’est la plus belle des récompenses pour l’équipe et les 120 bénévoles qui se sont dépensés sans compter afin que la fête soit belle. Le fait que les scènes et ses abords soient couverts a probablement aussi motivé le public à se déplacer en dépit de la pluie. ».

Le président retient avant tout « l’ambiance extraordinaire » qui a prévalu sur et autour des deux scènes durant les huit concerts de la grande salle et les six prestations du Bar des Sessions, tremplin pour les formations en devenir. La preuve d’une programmation réussie et adaptée à tous les goûts : « Les groupes valaisans Anach Cuan et iFolk ont répondu à toutes les attentes. Les Bretons d’Obis’Trio et Forzh Penaos se sont chargés d’amener la touche celtique originale avec des instruments plus traditionnels. Les Français de Blackwater, que l’on peut qualifier de groupe fétiche de Corbeyrier, a distillé sa musique irlandaise et transmis son punch au public. Venu de ses terres d’Irlande, Grada a parfaitement joué son rôle d’invité vedette. Un concentré de finesse musicale et d’énergie communicative salué par le public et tous les musiciens présents. Enfin, en festnoz final, le David Pasquet Group a livré le véritable feu d’artifice instrumental qu’on pouvait attendre d’un musicien qui a révolutionné la musique celtique bretonne, qui plus est merveilleusement entouré de ses musiciens. ».

Comme à l’accoutumée, cette édition, placée sous le thème d’Astérix, a attiré un public des plus hétéroclites et en bonne partie familial autour de ses nombreuses animations. Le traditionnel Village celtique (stands d’artisanat), la conférence du samedi matin, les ateliers de danse et les démonstrations de la soixantaine de combattants en tenue de combat ont fait mouche.

Le festival a en outre réussi son pari écologique. Les efforts consentis dans le tri des déchets (assiettes et services biodégradables, verres consignés) et le système de navettes mis en place jusqu’à 3h du matin les deux jours ont porté leurs fruits. La plus grande propreté sur le site et la proportion de festivaliers ayant délaissé leur voiture pour venir en Car postal en sont la meilleure démonstration.

Les résultats chiffrés du festival seront connus dans deux semaines, selon Dominique Pfister. « Nous serons alors en mesure d’évaluer les effets réels de la baisse de fréquentation sur notre exercice et de savoir si nous serons en mesure de repartir pour un tour en 2012 ».

 

Télécharger le pressbook promotionnel 2010