2004

Ces groupes se sont produits lors du festival 2004

Abraxas – CH
Blackwaters – FR
Bleizi Ruz – Bretagne
Churchfitters – IR
Hydromel – CH
Ian Mc Cammy – USA – Ecosse
La Joyeuse – CH
Loened Fall – Bretagne Wig a Wag – Bretagne
 
 
Communiqué de presse, 5ème festival celtique de Corbeyrier
 
Ce week-end s’est déroulé le 5ème festival celtique de Corbeyrier. Malgré le temps maussade du week-end, on a pu dénombrer 1000 personnes vendredi, 1700 samedi et nous en sommes déjà à 600 pour aujourd’hui dimanche. La cuisine a servi respectivement 720, 1500 et 400 menus. Le festival a pu compter sur l’engagement de 180 à 200 bénévoles.
Vendredi, 18h. A la cuisine, les sangliers tournent sur les broches et des effluves épicées envahissent le site. Quelques artisans achèvent de s’installer, les forgerons – archéologues préparent leurs foyers dans la terre. La Joyeuse, groupe de 9 musiciens valaisans, ouvre le bal avec une musique bretonne mélodieuse et enjouée, soutenue. Et c’est au tour de Wig a Wag. La Bretagne a le goût des grandes landes de l’imaginaire, une musique vaste et envoûtante, entraînante. Le public afflue en cours de route, les rythmes sont denses, l’enthousiasme est de mise.
Puis c’est le tour des Churchfitters. Et avec eux le délire. Les musiques traditionnelles irlandaises sont interprétées avec une grande virtuosité, trois voix exceptionnelles, une solide et prenante présence sur scène. Rosie Short raconte des histoires, chante, mime, joue du triangle et du banjo… Les rythmes sont soutenus, enivrants, doux,tristes ou endiablés. La salle, elle, est comble, et enflammée. On danse, on saute, on écoute, on s’émeut, on applaudit… et on en redemande !
Les Bretons de Loened Fall se chargent de terminer le programme musical de ce vendredi soir en nous livrant un fest-noz comme on les aime, du pur traditionnel breton à danser… et on danse ! Une énergie communicative émane de la scène… et ça marche.
La soirée, comme la suivante, se termine au petit matin dans le bar des sessions...
 
Samedi, 13h30, ouverture des portes, temps pluvieux. Mais le public s’est déplacé. Débutent les démonstrations archéologiques, la forge, la tonnellerie, la poterie, l’herboriste installe ses huiles à l’aspérule, tiges de pissenlit au vinaigre, confitures de glands de chêne et autres vins de fleurs de Dent-de-Lion. Le vannier se met au travail, et dans la forêt, on combat à la mode celtique. Malgré la pluie et le froid, les gens s’amassent autour des artisans et suivent avec attention les explications, entre autres, des archéologues en pleine démonstration de forge d’outils selon les méthodes de nos ancêtres les Celtes.
Si le stand de thé chaud connaît son heure d’affluence, les cours de danses irlandaise et bretonne battent leur plein, on se réchauffe aussi à coups de rondes de Saint-Vincent et de Cercles Circassiens. Les enfants, accompagnés d’une conteuse, se baladent en forêt et découvrent des histoires sur leurs ancêtres, et les sonneurs font entendre leurs cornemuses à travers le site. Mais ce n’est que le début d’une très chaude soirée, car dès 18h, Abraxas, groupe neuchâtelois, greffe des saveurs orientales sur un répertoire folk, irlandais pour la plupart des titres. Une belle énergie. Au tour d’Hydromel, que l’on ne présente plus. Notre groupe fétiche confirme qu’il est devenu une star de notre festival, preuve en sont les ovations du public conquis.
Rien à côté de celles qui saluent la virtuosité de la prestation de Ian Mc Camy, en violoniste possédé. Nul ne peut dire si ce génie du folk écossais n’a vraiment que 4 doigts tant il soutient un rythme endiablé. Son final se joue même à 3 archets sur son violon de fou!
Bleizi Ruz clôt la soirée avec un Fest Noz un peu différent de celui de la veille, mélancolique, mystérieux, aux sonorités parfois proches du jazzy, tout en conservant l’essence de la musique à danser bretonne. Aussi bretonnes que le temps, d’ailleurs.
 
Dimanche, place à l’émotion, toujours. Le village offre au public une prestation particulière. C’est d’abord Chœur de Loups, chœur du village fondé pour le dernier festival, qui nous livre un concert magique de chansons celtiques. Chœur de Loups bientôt rejoint par les Cuivres et percussions celtiques du terroir, brassband composé pour l’occasion, et bientôt par Hydromel. Le final réunissant les trois formations pour une interprétation de l’une des musiques de Riverdance, donne la chair de poule.
Suit une conférence par le Professeur , de l’Université de Lausanne, sur le thème «Les Celtes, mythe et réalités» où l’on apprend, notamment, que les Celtes, civilisation Indo-européenne, arrivaient vraisemblablement dans nos régions dès la fin du néolithique, vers 3000 av. J-C ! Environ 70 personnes sont présentes.
 
Au moment où ces lignes sont écrites, le festival bat encore son plein avec les musiciens de Blackwater. C’est bientôt les Bretons de Bleizi Ruz qui vont clore la 5ème édition de ce toujours magique festival de Corbeyrier «Danse avec le Loup». Car malgré la pluie (c’est la première fois que ça nous arrive!), le public et les musiciens ont encore trouvé cette convivialité hors du temps qui caractérise ce si particulier petit festival de montagne.
 
 
Photos: Chantal Dervey